Freelance

Portraits de freelances : découvrez le témoignage de Léa, recruteuse en freelance

2 min
Portraits de freelances : découvrez le témoignage de Léa, recruteuse en freelance


Après différentes expériences en tant que salariée et consultante dans le domaine du recrutement, Léa se lance en freelance et crée Jobela. Recruteuse freelance, elle accompagne les entreprises dans la recherche de leurs futurs collaborateurs.

Découvrez le témoignage de Léa et son expérience sur Kamatz !

Tu fais quoi dans la vie et en quoi consiste ton métier ?

Je suis consultante en recrutement, en freelance. Pour cela, j’ai créé ma micro-entreprise Jobela en 2020. Mon métier consiste à accompagner les entreprises au quotidien dans la recherche de leurs futurs collaborateurs. Les entreprises me délèguent la partie recrutement pour qu’elles puissent se consacrer à leur cœur de métier. Pour recruter, je source des profils et je présente les meilleurs candidats pour que ça matche entre eux.

C’est quoi ton parcours ?

Niveau études, j’ai un BTS SP3S et une formation RH. En ce qui concerne mes expériences professionnelles, j'ai rapidement eu une première expérience en tant que responsable d’agence dans l’aide à domicile. Ensuite, j’ai intégré un cabinet de recrutement en tant que consultante puis, je me suis lancée en freelance comme recruteuse indépendante.

Pourquoi es-tu devenue freelance ?

J’ai toujours rêvé d’entreprendre depuis que je suis très jeune, mais je ne savais pas forcément dans quel domaine me lancer. J’ai eu le déclic quand je suis rentrée dans le cabinet de recrutement : je me suis dit que c'était ce secteur qui me plaisait !
Je suis aussi devenue freelance pour pouvoir travailler pour moi. Je trouve que c’est une réelle source de motivation !
Enfin, je me suis lancée dans cette aventure pour bénéficier de la liberté géographique et travailler d'où je souhaite.

Est-ce que tu as hésité ?

Non pas du tout, je n’ai jamais hésité ! Étant quelqu’un de déterminé qui écoute beaucoup ses intuitions, dès que j'ai eu l’idée de ce projet, j’y ai mis tout mon cœur pour que ça fonctionne !

C’est quoi pour toi les avantages et les inconvénients du freelancing ?

Je pense qu’ils sont nombreux. Comme je le disais, travailler pour soi est une réelle source de motivation. L’autre avantage est de pouvoir travailler d'où l'on veut avec cette liberté géographique.
En revanche, il y a aussi des inconvénients, notamment la pression constante qu’on se met quand on est indépendant. On est seul, donc si on ne peut pas travailler pour une raison ou une autre, personne ne va venir nous remplacer.
Il y a également l’aspect financier qui déclenche une vraie pression car on a moins cette stabilité, ce confort qu’on a quand on est salarié.
Être indépendant, c’est un vrai challenge au quotidien, on passe par toutes les émotions, on les vit à 1000% !

Quelle est pour toi la qualité indispensable quand on est freelance ?

Pour moi, il s’agit de la persévérance : il faut savoir réagir, rebondir, trouver des solutions rapidement quand on est confronté à des difficultés.

Est-ce que tu te verrais repasser salariée ?

Pas du tout ! Ce n’est absolument pas dans mes projets et pour tout dire, j’aurais même du mal à repasser salariée. Évidemment, si demain mon activité venait à ne plus fonctionner et que je n’avais plus le choix, je le ferais.

Est-ce qu’il y a des choses qui te manquent dans le salariat ?

Oui, je pense notamment aux interactions sociales, à l'ambiance qu’on peut retrouver dans son équipe, au fait de pouvoir prendre la pause café ensemble, discuter avec ses collègues le midi…. Mais j’ai réussi à y remédier en m'inscrivant dans un espace de coworking, ce qui m’a permis de retrouver toutes ses interactions sociales.

Où te vois-tu dans 5 ans ?

Je me vois toujours indépendante. J’ai l’ambition de développer et diversifier mon activité ainsi que Jobela. J’ai plein de projets à ce niveau-là mais, sur le long terme, je ne me vois pas à la tête d’une grande entreprise avec de beaux bureaux et 50 salariés. Ce n’est absolument pas mon objectif.

Si tu étais présidente, tu changerais quoi pour les freelances ?

La première chose que je ferais serait de dédier un pôle communication uniquement pour les indépendants et les freelances. Je trouve que nous sommes très mal informés : il faut constamment aller à la pêche aux informations, surtout en ce qui concerne nos droits et nos obligations (alors qu’il y a certains points qui changent par rapport au salariat et qui peuvent nous coûter très cher si on ne les applique pas !). Puis, je valoriserais également l’entrepreunariat car je pense que beaucoup de personnes sont démotivées à cause de toutes les obligations, les charges…

Qu’est-ce que tu as préféré dans ta mission sur Kamatz?

J’ai apprécié la simplicité des échanges via la messagerie de la plateforme. Il s’agit d’un endroit unique pour échanger avec ses clients. Cette messagerie a beaucoup facilité les choses durant les démarches et le déroulement de la mission, car on pouvait discuter simplement et rapidement.

Comment Kamatz t’a accompagnée ?

Kamatz nous propose de mettre en avant notre activité, et tout ça gratuitement car l’inscription est entièrement gratuite pour les freelances. Il y a aussi un réel accompagnement de la part des équipes de Kamatz qui sont hyper réactives et disponibles si on rencontre un problème.

En quoi Kamatz a simplifié la réalisation de ta mission ?

Déjà, je pense au fait qu'il n'y a pas de commission sur le TJM pour les indépendants : le TJM qu’on fixe sera le TJM qu’on percevra. C’est un vrai plus, je pense qu’il n’y a aucune autre plateforme qui propose ça ! Puis, la rémunération est bloquée au moment où on démarre la mission : ça apporte une certaine sérénité car on sait qu’on n’aura pas de mauvaise surprise à la fin de la mission.

Top 3 des conseils pour les futures freelances ?

Le premier, ce serait d’oser, oser entreprendre, se faire confiance, écouter ses envies comme ses craintes et surtout passer à l’action. Si on a une idée, il ne faut pas hésiter à la lancer à un moment dans sa vie !
Le deuxième conseil : bien préparer son projet, bien se renseigner sur son activité, déterminer sa niche mais aussi bien connaître son marché et la cible qu’on souhaite toucher pour pouvoir être complètement opérationnel le jour du lancement.
Le troisième conseil est de bien s’entourer pour développer son réseau mais surtout entourez-vous de gens positifs qui vous soutiennent dans votre projet et qui vont vous pousser à entreprendre

Je pense qu’il y a de la place pour tout le monde, pour tous les freelances, pour tous les projets : il faut juste passer à l’action !

Lancez-vous dès maintenant sur

Notre sélection d'articles
Tous les articles